Si vous avez un passage difficile dans le cœur de l 'hiver, si vous ne savez plus naviguer entre les branches pour retrouver le ciel clair, si vous croisez l'impossibilité à oeillères, une petite lumière presque éteinte dans le grand froid de la nuit glacée, si sans cesse vous vous questionnez sur la qualité de vos épines dendritiques, si vous pensez, mon cher petit monsieur il n’est pas bon d’attendre ainsi, comment avez-vous rêvé, le rêve était il votre hôte enfant, avez vous marché sur le fil, imaginé l'impossible, le chant des départs, le chant des desirs et de l'action utile, le cri des sexes et des peurs, des roues qui ne tournent pas et le sens de la marche-arrière, des "ne croyez vous pas qu'il est grand temps de partir", loin de l'obscurité, harassé par des semaines laborieuses à labourer des morts qui s'alignent férocement, installez vous confortablement -

100_6937

 et pourquoi pas avec une couverture rouge et danoise- au coeur  du vieux fauteuil face aux flammes de la cheminée qui dansent comme des danseuses amoureuses en esquivant les coups. Laissez-vous aller sans résistance comme le même thé chaud avec un parfum de midi qui coule dans votre gorge enchantée.

Installé dans la sécurité de votre petit monde, comme on prendrait le temps de vivre, sans vitesse et sans rien.