Nous étions toujours en admiration devant celui qui prend la plume, entre ses mains entre ses doigts, qu’il ait l’élégance du hérisson, l’entièreté de Morel plantant ses racines dans le ciel, la nuit surtout Guy Cadou, Muriel Barbery et ton empreinte psy… Quand il prend la plume de couleur, Pablo , grand et petit à la fois, et toi Salvador, ton petit frère mort devant toi, le premier qui dort réveille l’autre, jean Edern, et toi perché Dali tout en haut des cuisses du cheval, Léo, sur l’affiche rouge, Georges le meilleur des copains et toi merveilleux Robert Badinter, les tiens (comme une larme partagée) qui sont les nôtres sont beaux et ton timbre ne vieillit pas. La plume légère et profonde plongée dans le lac de la plaie, qu’était-il venu faire en ce monde, François et toi René tu bêles après Fabrice Henri. Catherine où étais tu ? je te voyais belle, depuis mes barreaux adolescents. Tes orgues, Sébastien sont mathématiques des sphères divines, balançant derrière le voile bleu-vert d’Antonio ou de Thomas à Venise, la montagne magique du miserere nei, et toi berceuse de la mort, Gabriel quand il te pince le sein d’Estrées. Lacan Jacques, quand tu voles l’origine du monde du maître d’Ornans, tes mots deviennent forêt vierge avec des majuscules, impénétrables. Môrice, tu dis la femme, la mer, la mort et toi Claude qu’est devenue Cécile ? et Allain lepreste, toi le peintre magique, nous te donnerons de tes nouvelles. Gérard ta plume que tu laissais aller sur les allées du Luxembourg et la jeune fille dont le sourire brillait et sa bouche portant ce refrain nouveau. Ils ont tous plumes depuis la nuit des temps, belle tache de Philippe et toi Raymond, les crêpes du colonel Marlow de Masiero ? Carvalho, merci Manuel…Toi aussi de Falla et Saez à St Pétersbourg quand la jeunesse se lève. Et toi Guy la lettre à ta chère petite maman et Toi petit Marcel ton écriture asthmatique quand tu attends le baiser de maman tout seul dans ton lit le soir et Toi encore Julos, la mort de celle que tu aimais à tort et à travers, assassinée. Et Toi Ludwig est-ce parce qu’il fallait le taire que tu t’es retiré dans les bois sauvages du grand Nord ? et Toi Thoreau j’entends les notes de ta grange. Les plumes d’oie de Paon, tes natures mortes et Toi Pierre as-tu triché avec les truites de Blanche et le berlingot sous la pelisse ? grand Jacques quand tu viendras, ne cherche pas la clé, tu es déjà venu , elle n’a pas bougé…. Vincent tu voyais donc avec ton oreille comme Fa et Bi, les dauphins doués de raison de Merle ? Hubert ton ironie être le premier contre la chasse, et Toi Henri les Buffalo Bill  frustrés à bedaines qui lèvent la soupape et Toi Alain, les palombes tombent par la faute à Sophie pour les seins de Gabrielle ! Petit bout de bois dans les oneilles Alfred, ton Christie a de l’UBU Pihles René Victor. La plume de Charly de Charb et de Lili. Des milliards de mots, comme des hectares de fleurs, tous ces parfums, des étoiles en bouquet tombées du ciel, colchiques de phrases, les mots font mal les mots, Guy, poison d’amour, blérot, sûr de son art. Serge, Ô la vie, les mots, jean Paul, avec cette dextérité d’officient, Boris, Albert, André, la lutte l’espoir l’absurde après que papa soit mort…Tous ces mots pour la femme, il déroulait le parchemin Éliette et Qumram quand Jésus fut tenté la septième fois d’entrer sur le boulevard Madeleine avec son sexe de fils de Dieu, Robert, sur le mont Athos et les hommes vivaient d’amour, buvaient aux fontaines, rentreront- il à Montréal Victor Hugo ? Brigitte, ton cerveau est embrumé mais ta plume, Higelin, c ‘est merveilleux, j’irai de te voir dans ton fauteuil au Père La Chaise.

Lui, il fit le verbe mais ce E disparu c’est ton père ? Et toi Frédéric, ta folie derrière Nice quand tu pensais en marchant, la jolie fleur que fut la vache multicolore, Lou pour qui Cupidon, salaud, garçon de café Jean Paul. Et toi Adolphe, aux beaux-arts, j’aurai pris ta plume, c’est sûr, même mauvaise !

Langues, je vous aime, julien tournées sept fois dans la bouche de mon amie et nous tournons dans l’autre sens, c’est mieux, rien ne vaut la vie, merci au premier sexe ludique qui a appris et répété le grand duel d’en bas. Ici-bas tout est mot, jaillit de plume, même Garonne sert à Michel pour jeter nomade marin à travers le ciel de Nougaro. Théodore, tu sais le désert et le chant du sable et tu comprends la misère du monde selon Bourdieu… Mikaël est mort : était-il blanc, était-il noir blanc de peau Louis, un OVNI léger comme la danse de Maeterlinck, Edgar ton bleu et tes mots toujours en bleu, Klein. Ce monde bleu toujours, le bleu de ses yeux, même si la guerre, même si heureux maintenant, comme Ulysse, que ferais-je sans toi de tout ce temps, qu’est tu venu faire en ce monde François René, sans même les planches pour poser le pieds, à l’heure des frimas, poème sur le pied. Voir essaye !

Prendre son pied : c’est aimer ! Les petites parties de dedans dehors des familles de Borges et la cafetière de Toulouse quittant le Bosc, goulûment la galette sucée. Toi Renoir « peignait tu vraiment avec ta bite » comme l’a dit Nadine Gordimer dans « personne pour m’accompagner ». Et Guy , la petite différence à f , Ô que rire est bon dans le crime au père Boniface... Stieg larson, ta Lisbeth est folle depuis l’enfance, Hackeuse violée par le salop d’avocat couturé.. Charlélie, ton avion sans ailes, est-il tombé du ciel et les ours blancs fondus dans le désastre de la mort de la biodiversité. Les plumes de l’oiseau William, dans la tempête, qu’alliez-vous faire, comme Jean René, Jean Roger les cœurs purs, sur les chevaux de la mer ou une épaule nue à Ostende… Que sont nos amis devenus quand nous regardons le gazon, quand le coucou garanti dix ans s’est arrêté, la saison où tout tombe. Toujours des mots à profusion Mathias, ta zone en beau périple, comme Sad Sad sans boussole, profond conne un Quignard au premier matin du monde ou un Roth d’un exit ghost, mais quel siècle noir Bardamu au bout de la nuit, Ferdinand tu t’es trompé ! Ta trompette Boris est noire, elle a dû Duke et Patti n’est pas moins noire que Nina. Jackson, encore, t’étais quoi au juste Ici personne n’a rien compris ? Vous flirtiez tous avec des mots, toujours des mots même Juttner et toi Beck ton test de genre et tes studies, fémino-malin : assurons, dans ces moments dégueulasses modernes où l’homosexualité redevient un crime et où l’avant-garde marche dans la merde qui lui colle au front !

Des bouches s’ouvrent, de l’air s’expulse, des mots taches d’encre, te souviens-tu Herrmann, ton psycho-diagnostic en 1921 quand Georges naissait vers Sète, trois ans avant la mort de Lénine. Des mots taches, pattes d’oiseau, Emilie ta musique et toi Dickinson, ma merveille des merveilles !

Tu aimais les chevaux rebelles, Maxime complice de jean François Deniau, le navigateur courageux mais est-ce que ce monde est sérieux demande Francis, devant le taureau à genou sanglant, pleurant Jaén andalouces, Paco Ibanez et la petite culotte mouillée dans la tribune ; Mistler Renaud, il nous faut un baron de Münchhausen pour nous saisir par les cheveux et nous sortir du pétrin mouvant. Michel, mais l’autre encore, le saint, peut-il aider ? Aime et fait ce que voudra dit Augustin et Legrand de Don Quichotte ne dit rien d’autre…Jacquard Albert est le meilleur des tisserands, avec des fils de couleur, il donne plaisir au fil noir de se tortiller autour du fil blanc : le siècle sera métis ou ne sera pas.

Des mots blancs et noirs comme un damier, le corbeau de Barbara est au 41, le même que celui de Vincent sur le champ de blé, elle n’est pas la longue dame brune mais la petite fille blonde résiliente, Boris, ô Cyrulnik ! Ô Jivago, Pasternak, mon bonheur ! Et toi madame Karénine étais-tu juste sous le soleil, exactement dans le baiser d’un Mundo ?

Les mots encore et toujours, trois vies n’ont pas suffi et tous les prendre, six milliards sept et ceux devant aux champs d’honneur ou d’horreur ! Choisissez-moi dit l’idée catin Denis et toi pic, tes humanités, en Mirandole ? Ludwig n’entendait plus mais ses mots sont hymne à la joie et même Coriolan est sympathique. Il y a tout dans ce jardin qu’on appelait la terre et la jeune fille de Schubert qu’on appelait la mort étai elle un peu Müllerin ? Merci à toi, Jean Baptiste Poclin qui poclina en Caterpillar dans les dentelles en chantier et le cœur d’ Agnès : Agnezka , la neige polonaise, le petit chat est mort, Frédéric, nous te revoyons blanche et belle Varda, cher Jacques Brel si près des vieux .

Encore des mots, toujours des mots, ceux que Dalida a dit à Dali, Boby ! 71 pourquoi ? Tes mots sont des nombres, jeu d’équation dans la marmite lunaire ! Tiens, il pleuvont et le soleil s’est arrêté enthousiaste, chapeau le contre dit-il, je ne ferais rien sans toi. Un soleil parlant : jean et Jacques, pourquoi pas ? Prévert et Fontaine, les déferlantes, c’est encore Nino Dutronc du jardin d’Eden. Houri, blanc-noir damier, saisissants ses yeux ! Burka OK , si nue dessous!

Transparence, moucharabieh à l’envers, voyeurs !

Trop beaux les mots, pluie montagneuse, Plagne pagne derrière le rocher, Amour dix-sept ans, satin blanc, croc Jacques, ton livre mérite un prix !

Des mots encore, Monsieur N, Philippe, c’est dingue pourquoi. ? Et toi Noiret, ta voix comme De gaule lillois Inconvénient d’être né ici mais rien d’impossible avant la décomposition !  Essaouira, Chandernagor.  sans opinion sinon le bleu et le blanc : toujours poème blanc- bleu .

Les barques du ciel sont encore des mots dessinés, des œufs, des mondes agencés du désir, tempérament de l’orgue ! Accordé !

Des mots encore toujours, courts, longs, bleus, verts, fins ou gros, roses, terminant ou malhonnêtes, petits animaux, chapelets ovoïdes, batraciens en marc. Riant, pleurant, dynamite, parasite, lipophile, calcaires, disséminés dans Casa la blanche.

Des mots, des mains, ronds, hauts, bas, carrés, devant, derrière avec points, accents, rosette, roses ongulées, beaux, rapides, fervents, Médicéens. 1860, des mots Napoléon : Savoie avec verbes italiens. Calvino perché ou Valdesque , Wagner dans Nietzsche, l’ homme le père.

L’éternel éternité, que ferons-nous sans les mots, que mangerons nous par ailleurs ? Trou, le même que tantôt, erreur, empire des sens, derrière Kieslowski, œufs brouillés aux bords des lèvres, images ? Mots d’abord, maux morts peut être. Physique casé et désir, distance, nouveau réel. Par-delà le dessous et le dessus, chemins impraticables, orties, chardons et colchiques, poisons, ennui , Thérèse Raquin. Jean Gabin, Signoret, Signora, belle comme seigneur Cohen, Stendhal et Mangeclous. Être juif, pourquoi pas ? mais c’est quoi ? par mots et vaux, gardien d’humanité, avant.

Mots en arrêt, faisant le beau, maintenant ! échanges, muscles prolongés d’armes ; brûleurs. Elle ne parle plus l’anglais Bâ la Delphine de Merle quand l’homme n’est pas bon ! Dieu des dauphins partagés en deux, Delphine douce … touchons. Vrai, cette fois c’est Delphine et non Madeleine, elle est là. Avec Marcelline Desbordes Valmore de France : « Vous aviez mon cœur/ moi j’avais le vôtre/ Un cœur pour un cœur/ Bonheur pour bonheur » ….