31 octobre 2018

Shikido

 La nuit orgastique des désirs était montée dans le creux des nébuleuses Beautés. "Merveille des merveilles" cria t-il alors que leurs lèvres s'émulsifiées en baisers miraculeux. C'était beau la Beauté, gorges et épaules nues suintant du désir fougueux ! Tout s'exprimait dans la plus pure des langues. Tout s'arquait de picots, parfum de vanille remontant des dentelles de Honiton quand leurs petits seins durs se tendaient vers la mer déferlante.  
Posté par spacemat à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2018

23 000 gènes et moi et moi et moi !

Bien que la Science nous ai appris depuis longtemps, que nos gènes se marient avec le ciel, avec le monde, avec les autres, nous entendons, tantôt, encore de vieux débats, d’un autre siècle, sur inné /acquis, la part de l’un de l’autre : 80/20, 50/50, 60/40. Stupidités ! Nous nous disons 100/100 et réciproquement, mélangés comme des fous et faisant l’amour à chaque instant. Moi du chimie et du social, du Vivre. Qu’il faille un cerveau pour de l’esprit , qu’il faille un corps pour du mouvement sans doute , mais de puis... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2018

Ce moment amoureux

 Quand Cora se déshabilla A peine montée dans sa corsa Je vis sous le phosphorescent corsage Qu’elle avait de si beaux seins. A côté des arcs-boutants de la cathédrale Nous nous mîmes en nos nus intégrales Ferdinand-Philippe regardait du haut de son cheval. Elle avait les lobes des oreilles Et depuis sa bouche à ses lèvres Le miel collait en ses hauts orifices Nectar d'une coupe de Bourgogne. Elle appela la langue sur ses genoux Qui ne se fit prier ses vins doux C’est une île madère plus sucrée Qui déferlait en... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 octobre 2018

Nombre d' Or

Les plantes construisent des géométries complexes au cœur desquelles le Nombre d’Or se montre souvent, horloge du Temps. Les chercheurs s’amusent à comprendre la vie de ces mathématiques végétales et   . Photo spacemat (dans une haie sauvage vers Veules les roses, 76)   Les fleurs d’un jour, les hêtres centenaires, les fougères, comme un arbre majestueux dans la ville, le jardin, au bord d’un chemin, les végétaux nous regardent, étonnés. Nous approchons doucement mais je sais à peine leur mœurs, leur vie sexuelle... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2018

Prenez-moi !

Posté par spacemat à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2018

Lumière d'un passé ...

Nous allons reprendre le motif, Avec l'art des fleurs pour raison Et le fil poussé avec le petit dé  Tissant, lèvres ouvertes, un baiser. C'est un savoir faire ancestral comme une tradition lissée  une chicorée dans le café et des mots en bracelet. Le génie a repris son vêtement il était vieux comme le monde Avec patience, les fils s'enlaçaient rajeunissaient  les couleurs. Te voilà autre, et nouveau, et le même revenu de la maison des ombres Plume dans le vent, à la main un secret L'arc... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2018

Anthologie poétique

La chambre est pleine d’ombre ; on entend vaguement De deux enfants le triste et doux chuchotement. Ils parlent bas comme on le fait dans une nuit obscure, Ils écoutent pensifs comme un lointain murmure.   Il n’est donc  point de mère à ces petits enfants, De mère au frais sourire, aux regards triomphants ? Le rêve maternel, c’est le tiède tapis, C’est le nid cotonneux où les enfants tapis Dorment leur doux sommeil, plein de visions blanches !...   Maintenant, les petits sommeillent... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2018

D' Hopper en Hitchcock

Si la Psychose est un morcellement, la lumière aussi tranche au couteau. Il y a dans le petit matin ou  dans le crépuscule la Possibilité, comme un petit animal, traqué. le silence, l'attente, un crépitement, la peur, celle d'une jeune  fille poursuivie, sadicité même d'un époux violent, capable de frapper, pour le plaisir. Chaque instant, un cœur qui bat la chamade : "que va t-il se passer". Une musique ferait faux ou par trop cinéma, il n'y a pas de musique, juste un cœur qui bat, une peau... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2018

Deux histoires Calaisiennes

   Ils sortaient de chez Lidl dans la rue de G°°° pour rentrer chez eux à pied route de W°°° à 2 km environ. Le petit matin était froid et calme, une légère brume s’infiltrait  depuis la mer et le détroit du Pas-de-Calais. Pierre tenait bien au chaud  sa petite main dans la main de sa maman. La conversation courait sur le bon repas qu’ils allaient faire ce midi : aujourd’hui était le jour de la viande, le seul de la semaine. A Calais la misère gronde à bas bruit. Soudain au détour de la rue  de H°°°, des... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 octobre 2018

DANS L’EAU

Ses îles flottaient sur l’eau face à face Deux drapeaux en berne écarlates Claquaient en frissonnant heureux sonnaient  le plaisir de la montante marée.    Le sable blond des grains de ses îles un tapis de velours aux dessins entrelacés rougissait aux dormants cotonneux; accueillait les rouleaux de la houle dévorante,   Les fils de soie issu du cocon brûlant Trèfle du bonheur ouvert au baiser du Roi vibraient en chantant le  merveilleux miroitaient les délices du feu s'éveillant.    ... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 09:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]