Ce soir la terre va à l'envers

Ses yeux humides sont en bas

Le vent chagrine de ci de là

Ses bords fins de blanc cimetière

 

Ils frappent au monde tant vipère

A la porte des frais lilas

Des canons très méchants au glas

Sonne le temps des grands revers.

 

Ce soir elle vend la haine mère

Cent vie le coup d’assassinat

Homo sape l’anonymat

Signe de son sang délétère.

 

Ce soir la mort se rue prospère

Sous l’asphalte amour renégat

Les pleurs accrochent des vivats

A nos espoirs mortuaires.

  

Ce soir il pleut comme en hiver

Dans les ruines et tristes gravats

Des enfants aux yeux d’au-delà

Fouillent le charnier lapidaire

 

Ce soir le parfum est d’éther

Endormie dans les bleus lilas

La vie meurtrie sans tralala

Abandonne l’univers.

 

spacemat

DSC00548