31 juillet 2018

Des radars au café

  « Ainsi donc, le gouvernement a décidé de supprimer les radars … Alors nous pouvons donc rouler à la vitesse que l’on veut …Super mon compteur affiche 270 KM/H, mais pourquoi fait-il cela ? …». « Je crois pas que ça soit ça, Gérard, t’as rien compris, je crois que c’est plus les avertisseurs de radars qu’il veulent supprimer … » « C’était pas trop bien, quand on ralentissait alors ? Avertir ça  sert à rien ?» « Non, pas trop bien pour les caisses, tu ne comprends... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2018

Y aurait-il le feu ?

Au Nord, au Sud, à l'est, à l'ouest,  Ça brule, Et même le zébrule de la toundra La terre craque comme le buis en feu. Et la mémoire flambe, chaud, il fait si chaud ! Si sec, là-haut depuis si longtemps Même chez Ibsen ou chez Nesbo ! Si rouge là-bas de puis Athos A l’ouest les cavaleries impuissantes, Le big one était si chaud ! Ça chauffe dans les cerveaux Demain il ferait nuit folle dans Le cerceau de nos enfances fondues ! Voici le temps de l’Animal fondu Des sapiens en  fer... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2018

A l'agenda ce jour ...

A l'agenda, tes lèvres Tes lèvres depuis l'aube Effleurées doucement! Dans un rayon de soleil Jusqu'à la nuit bleutée Le temps oublié ! Allongé sur le hamac  Moelleux de tes lèvres Seul et tranquille Sur la bosse de tes lèvres; Les cris les bruits Les canons Tus et tués sur tes Lèvres.              
Posté par spacemat à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2018

Un peu de Nostalgie ...

VID 20170612 103208 1
Posté par spacemat à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2018

Les mots et les couleurs

Ils tombent en tourbillon de la voûte céleste Lueur de l'espoir sur des bouts de silence Les mots doucereux, liqueur de la mort Projettent des ombres sur l'écran infini.   Ils chantent des fleurs aux gorges des enfants Lumière distincte dans la marée ombreuse Les mots chaleureux berceuses des frayeurs Roulent des navires en partance écumeuse.    Ils racontent des voyages aux contrées lointaines Indiens mystérieux aux couleurs enflammées Les mots exotiques, parfums des îles Endorment les veilles d'accents... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2018

La vie est ailleurs

Relisant Kundera, cette fois, je ne garderai que ça : " La grand-mère avait vieilli ; elle perdait la mémoire et un beau jour (on s'en aperçut à peine), elle se métamorphosa en fumée au crématorium"   Photo spacemat : rien de plus, rien de moins et à peine entre !
Posté par spacemat à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2018

Autopsie d'une lumière

J'ai mis du géraniol dans le parfum de mes photographies Je fonctionne par catégorie de Nature  et je capture le vent pris dans les oyats avec des masques et des récits réels en de jeunes déguisements rouges  Je touche les photons blancs qui libèrent leurs énergies Tout se fond, se dévie dans le  paysage blond en 450 nanomètres, je crée le bleu du vivant poème à Malo les bains Je crée le vivant poème, sans maillots ses seins J'ai le soleil et le vent et l'aube comme une sœur dans mes... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2018

Dis, ne le crois …

Dis, ne le crois-tu pas ? Sur nous, tout en dormant, La nature à demi veille Amoureusement.   Pas un nuage au ciel. Tout, comme nous, repose. Viens, respire avec moi L'air embaumé de rose !   Victor Hugo Photo spacemat   
Posté par spacemat à 09:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2018

la vie est tailleuse.

La divine Ludmila Sans allumer la lumière, De ses yeux Illumina la nuit "Tu es inscrite dans les yeux que j'aime" Mais la vie est tailleuse. Photo spacemat
Posté par spacemat à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2018

on refera ma ville

Posté par spacemat à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]