Les deux filles repartirent dans l'amour qu'elles adoraient faire sans retenue. Elles commençaient toujours par un petit échange de bécots baveux,  juste pour s'échauffer affectueusement et en attendant les vacances. Le petit but pour aujourd'hui comme exercice acrobatique mais sans danger était de se toucher la langue rose. Adélaïde était assise en lotus dans le dos de Tatiana et celle- ci devait se retourner la tête à quarante-neuf degrés trois pour un cours privé.

100_0310

 

C'était drôlement mignon à voir ses petites anguilles qui se faisaient des révérences, Adélaïde aimait particulièrement cela. 

Adélaïde se sentait déjà au repos estival. Elle savait que pour elle c'était bon. Le master en mathématiques qu'elle avait choisi allait lui ouvrir grands les bras à dix-neuf ans. A la différence de la petite posthume de Brassens elle n'était pas méchante et elle aussi avait de très jolis seins.

Les études ? Ce n'était quand même pas mal à la fin de l’adolescence et elle était passée haut les seins malgré l'absence totale de soutien et d'accompagnement évitant les chausses trappes, les sélections que quoiqu'on en dise l'université, au fil de l'eau, plaçait à tous les coins de ses parcours.

"Je vais passer le week-end à Marmande, Tati ".

Et elle était partie et au soleil. Il faisait chaud et se présentait dans le sud, en tenue d’Eve, nue pour ainsi dire, par habitude maintenant, était chose normale et parfaitement.

Elle devait revoir une ancienne copine, Isidora Corine, qui devait passer son bac Littéraire en juin. Isidora Corine, passionnée par les langues et l’ Histoire y attendait impatiemment le 22 mai les résultats de parcoursup mais elle aussi, brillante, savait que dans les classements désormais opérés par les Facs dans l’objectif futur d’une vraie sélection désirée par tous, elle avait une place assurée en civilisation étrangère japonaise.

« Tu ne viendrais pas dans le nord Isidora, on n’est vraiment bien là-haut en Flandres. Tu pourras loger chez nous, j’en parlerai à Tatiana ma coloc qui va toute nue en cousine, je suis sûre qu’elle sera d’accord »

11042018

« Pourquoi pas ! » dit Isidora qui se décalait au soleil séducteur lui caressant le ventre, le sexe, les seins, les jambes et le reste. Isidora appartenait à un club de nudistes local. Corine avait une formidable toison rousse avec clitoris de 9 mn incorporé et ultra-sensible qu’elle avait senti comme Dolto sur sa balançoire, sur sa première bicyclette rouge ….