Imbriqué dans les rêves

   Joints clairs dans la nuit

   les mots marchent monotones

   somnambules.

 

   Le mur impose ses mains

   Entre ses doigts

                                                    Le ciment des sentiments

                                                    Durci en durillon.

 

Nulles fenêtres                     ,                                                 Le mur éclaté

nulles yeux                          ,                                                  Le mur ensanglanté                      

nulles lumières                    ,                                                  De Goya

Immobilité                          ,                                                 De la Liberté

 

Le mur amical, le mur aux fusillés                     ,                     L'échelle

Le mur amnésique et murmuré                         ,                     La passerelle

le  mur au museau des musées                         ,                     Isabelle

le mur en enceinte fortifiée                        couvert                de passeroses

 

Les murs à l'urine des hommes déposées au bout d'une bringue violette

Les murs utérins avant que de venir au monde des jardins  collerettes

Les murs en poussière après la mégatonne et la   chélidoine des ruines

Les murs en pleurs des années trépassés  sur le billot des albumines.

 

Les murs avec ces trous où la bille des yeux roulent dans un delà  

Les murs en systole qui s'efface sous le tissu d'un sourire du coeur

les murs fondant  sous un soleil d' avril, la gorge du printemps

les murs sans effet sur le verbe en rigole aux saveurs de dahlia.