28 février 2018

l'anticipation du regret

   Evidemment s'il n'y a pas de jour d'aprés le jour d'aprés, les regrets, même les oublis n'auront pas lieu. on entend que la Conscience existe, on entend rendez nous la Beauté, nous avons parfois des "distorsions" à la Kertész. Avions nous vraiment toute lattitude ? comment prendre d'avance s'il n'y pas de suite et pas de classement ? Dans tout ce que nous avons fait à la Nature, pourrons nous avoir des regrets ? La boule de neige, plus elle grossit, peut elle réorienter sont raisonnement trop raide et qui dégringole tout... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 09:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2018

Ma coloc va toute nue (50)

Le portrait de Julia Lazarilla  Julia Lazarilla, madame le maire du petit village sur la Seille mesurait 1,75 m,mais avec talon. Elle avait les cheveux noir corbeau de Perry, la chanteuse. Elle avait fréquenté le 30 de la rue saint Guillaume durant une année mais elle avait préféré à l’époque le café de Flore à Saint germain des prés même si les Apollinaire,les Soupeau, les Breton, les Aragon n’y passaient plus.    Dès ses vingt ans Julia avait comme Marlène Dioras, par la beauté et la profondeur de ses yeux noirs, la... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2018

La java des bombes

"Voilà des mois et des années Que j'essaye d'augmenter La portée de ma bombe Et je n'me suis pas rendu compt' Que la seul' chos' qui compt' C'est l'endroit où s'qu'ell' tombe Y a quéqu'chose qui cloch' là-d'dans, J'y retourne immédiat'ment "            Boris Vian
Posté par spacemat à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2018

Le réenchantement

  Il s'agit maintenant que Madame Croissance est à l'agonie, extraordinaire nouvelle, de se ré-enraciner, de reprendre contact avec le sol, de nous retrouver. Bien sur on peut s'amuser, puisque l'imagination est notre, avec un peu d' Homme augmentée, un peu de départ dans d'autres planètes, imprimer en 3D à matériaux locaux et nouveaux sur quelques lunes lointaines mais ... Nous aimerions encore un peu de Nous-corps. La fleur, l'oiseau et la jolie personne qui passe dans notre  regard ! Qui sommes nous ? Des gens d'ici,... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 février 2018

Les arguments du soleil

photo spacemat Je ne sais pas qui dort dans le corps du soleil, je ne sais même pas même pourquoi il dort. Dans son sommeil, il a ses focntioncs réceptives KO : oeil , oreille, peau,  bouche, nez tout est OUT. Son tronc cérébral est tronçonné à la base et ne comptez pas sur lui pour bougez quoi que ce soit ... Son sommeil est si profond qu'à 20 000 Kilomètres de sa surface, son noyau fond. Ô dolci baci, ô languide carezze, je regarde comme à travers un venini de Murano. IL fait chaud ici ... Tout est déformé à Alméria ! Sur... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2018

Affaire de justice

  L’opinion publique confirmera en ce début de 21ème siècle les propos de Jean de la Fontaine sur la position des puissants devant la Justice. Dans cette démocratie où le pouvoir est à la cour, il y a une catégorie de personnes qui est au dessus des lois. En effet, il reste probable aujourd’hui, qu’il soit préférable, quand on se présente devant les tribunaux, de se prénommer Charles, sortir des « beaux quartiers » et avoir versé, quoi qu’il en soit, dans quelques magouilles financières de haut vol plutôt que... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 06:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2018

Ma coloc va toute nue (49)

Le portrait de Marlène Dioras. Marlène Dioras, la maire adjointe du petit village mesurait 1, 76 m sans talon. Elle avait les cheveux blonds d’Audrey Hepburn dans « diamants sur canapé ». Elle avait fait l’ENAC et l’école civile d’aviation lui avait appris comment monter au ciel, en vrai. Bien sûr, à l’école de Toulouse on apprenait aussi la sexualité, Marlène avait des jambes qui n’en finissaient pas. Toutes ses amies et tous ces amis étaient montés dessus pendant 4 ans ; c’était une école ouverte, et monter au... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2018

Tueur en Syrie

Le tueur en série de Syrie continue son œuvre. Le monde mondialisé a tout : son identité, son adresse, ses gènes … et le monde malgré la connaissance, malgré les microscopes ne peut rien. Pendant ce temps le tueur arrache les bras, les jambes aux enfants, il viole les petites filles de 8 ans … la caméra tourne. Des bateaux de l’étranger, comme complice, débarquent des armes, des armes encore sur des tapis rouges jusque devant les victimes … Le tueur en Syrie jouit du  sang sur ses lèvres, il fera mieux que papa. Les... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2018

Shame on FRANCE

   La France de 2018 se comporte trés mal à sa frontière anglaise, la France de 2018 se comporte trés mal à sa frontière Italienne. Elle laisse des gens mourir de froid sur  ses montagnes. Des gens qui ont quitté l'enfer pour retrouver l'enfer. La France a des camps dedétention qui ne sont autres que des prisons où des bébés sont enfermés, en attente d'expulsion.La république en marche vers l' horreur  a oublié toutes ses valeurs, la Liberté, la Dignité. La France de Collonmacron est... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2018

Adirondacks

   Ici, au sommet de  Marcy à 1628 m sur les monts Adirondacks, nous voyons Vermont, New York et Canada en bas Champlain qui file sur Érié et l’ Hudson par les canaux. On pense à Tchendukua : « là où converge la pensée » de Julien, indien précolombien. Tout autour, les « grands arbres de la paix », une sérénité de Gaïa où le bleu se mélange au vert. C’est un séquoia fier qui touche le ciel, un parfum de forêt et de résine. En bas, bruit. Il y a une Amérique, loin du goudron ,... [Lire la suite]
Posté par spacemat à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]